Mémoire : L’armement dans la sécurité privée : un changement de paradigme

securite

Mémoire de Didier BOURGEOIS, promo 2017 du Mastère Spécialisé®

La présence d’un agent de sécurité armé, sur site, est-elle le gage d’une protection renforcée ou au contraire, la traduction d’une surenchère sécuritaire ?

Pour apporter des éléments de réponse, après avoir considéré l’historique et l’écosystème des sociétés de sécurité privée en France, l’apport, les contraintes et la réglementation liés à l’armement, cette thèse professionnelle porte sur le modus operandi d’une prestation d’agents avec une composante armée avec :
·        une méthode d’analyse des menaces d’un site industriel ;
·        la réduction de la vulnérabilité d’un site ou comment passer d’une cible molle à une cible dure par une défense en profondeur ;
·        un outil de cotation du niveau de protection d’un site industriel avant et après la mise en place d’une défense en profondeur.

Le mémoire se termine sur une étude de marché et la prospective de ce nouveau métier d’agent de sécurité armé.

Mémoire : La sensibilisation des responsables territoriaux à la prévention des risques: le recours aux sciences humaines

Mémoire d’Alain VIVET, promo 2015 du Diplôme Universitaire.

Travailler à la prévention des risques suppose la reconnaissance de la probabilité de leur survenue … ce qui, dans une commune touristique de la Côte d’Azur, ne va pas sans susciter des craintes de la part des responsables municipaux: ne va-t-on pas inquiéter les habitants (notamment les plus âgés…), éloigner les touristes, décourager les entrepreneurs?…

La mobilisation de ces responsables demeure donc un préalable à la prise en compte du risque ; paradoxalement, cette étape n’est habituellement que peu évoquée en formation.

Lire la suite

Mémoire : Culture du risque

Mémoire de Pascal BERGÉ, promo 2011 du Mastère Spécialisé®.

Culture du risque : Axes d’amélioration au sein de la société française

Jadis, l’humanité était collectivement soumise à des aléas redoutables mais peu nombreux : prédateurs, maladies, famine, catastrophes climatiques – les quatre cavaliers de l’Apocalypse. Aujourd’hui, chaque individu affronte des périls multiples, mais dont chacun, pris isolément, est statistiquement peu probable : accidents de voiture, cancer du fumeur, sida, pollutions graves, maladies professionnelles. Là où nos ancêtres devaient subir passivement les coups d’un sort extérieur et indifférent, ce sont aujourd’hui nos propres comportements qui engendrent la plupart des menaces pesant sur nous.

Lire la suite

Mémoire : Vers un développement de la prévention situationnelle ?

Mémoire de Jean-Pierre CALLY, promo 2013 du Diplôme Universitaire.

Retour sur la politique publique de sécurité et de prévention de la délinquance concernant le territoire communal de Villefranche-sur-Saône : Quartier de Belleroche

 

La prévention est au cœur de la stratégie de sûreté. Les fondamentaux de la rénovation urbaine font écho aux dispositifs et outils élaborés aux États-Unis et en Grande-Bretagne, en vue de prévenir la délinquance par l’aménagement urbain.

Le projet de rénovation d’un quartier de la commune est l’occasion d’appliquer les principes de la prévention situationnelle et de s’interroger sur les usages des espaces publics. Bien entendu, l’habitant doit être au cœur de nos préoccupations.

Michel MARCUS, magistrat, délégué général du Forum Européen et du Forum Français pour la Sécurité Urbaine, a bien résumé la situation :

« Les espaces publics sont le théâtre de la plus grande partie des actes de délinquance, mais également la scène de l’expression de la relation sociale. Les incivilités traduisent des climats d’agressivité, de non-respect du bien commun. À ce titre, les espaces publics alimentent en grande partie le sentiment d’insécurité. Ils ont connu une forme d’indifférence de la part de services ayant une responsabilité dans leur gestion. La police, instituée pour en sillonner les parcours, s’en est retiré, les urbanistes et les services techniques les ont perçus comme des lieux à charge, comme des lieux secondaires. L’espace public est un poumon pour les villes, donnant une respiration à l’expression de la culture, des valeurs communes, du lien entre les individus. L’espace public doit être pensé en tant que tel et appelle toutes les attentions des aménageurs et des gestionnaires des villes. L’espace doit avoir des qualités certaines pour remplir son office pour l’expression de la citoyenneté. Il doit être beau et surtout polyvalent. A ce titre, il supporte des usages multiples dont il  convient de gérer la coexistence, en écartant les risques de conflit ou mieux encore en prévoyant et en imaginant des solutions. »

Dans le cadre du nouveau programme national de renouvellement urbain, le projet est en cours et intègre cette dimension.

Appel aux mémoires

Nous souhaitons vivement que chaque ancien auditeur du Mastère Spécialisé® comme du Diplôme Universitaire s’inscrive au Blog et poste le résumé de son Mémoire.

Pour le MS et le DU c’est très important que de conserver des liens étroits avec ses anciens élèves : cela nous est d’ailleurs demandé expressément par la Commission Nationale des Certifications Professionnelles et sera vérifié lors des dépôts cette année de la demande de reconnaissance du DU par le RNCP et de prolongement de la reconnaissance du MS pour 6 nouvelles années.

Alors, anciens élèves de la Gestion des Risques, et nouveaux Conseillers en Management des Risques, à vos claviers!

« Comment diminuer la vulnérabilité des axes de communication face à un risque industriel ? »

2013 Jean Baptiste Cuniot

La problématique présentée par Jean-Baptiste Cuniot (promo 2013) dans son Mémoire de Diplôme Universitaire, a une grande importance pratique et théorique. Il démontre très bien l’importance pratique du site industriel situé sur la plus grande plateforme multimodale d’Île de France, et en fait une analyse détaillée (en analysant les vulnérabilités des voies routières, ferroviaires, fluviales et aériennes). Sa présentation théorique de la notion de vulnérabilité (endommagement que subit un enjeu), l’analyse des trois niveaux de vulnérabilités (primaire ou matérielle ; secondaire ou portant sur le système ; tertiaire ou résilienciaire portant sur la capacité à revenir à la normale), le lien qu’il établit concrètement entre vulnérabilité et résilience, sont de grande qualité. Le schéma « capacité du système » en fonction du temps conduit à pouvoir mesurer très concrètement vulnérabilité et résilience. La proposition d’un outil de mesure de la vulnérabilité (un score s’appuyant sur un questionnaire concret portant sur les trois niveaux de vulnérabilité) le conduit à évaluer les diverses vulnérabilités et donc à guider la recherche des mesures de leur réduction. S’appuyant sur des travaux de très grande qualité (d’Ercole, Gleyze, Reghezza, Hubert, …), il présente des réflexions avancées, rares dans le cadre d’un mémoire de simple DU.

J.B. Cuniot a reçu une mention très bien et les félicitations du Jury.

Colonel Alain Chevallier

Le Colonel Chevallier est responsable du Module « Gestion de crise et communication » et Président de l’Association des Risques Managers sur les Territoires (AMRT).

Quand Alain Chevallier, lieutenant-colonel des sapeurs-pompiers de Paris, s’est présenté comme étudiant au Mastère Spécialisé® en 2008, il a noté l’absence d’entraînement sur la résolution des crises. La même année, il est muté à la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises. Pour son sujet de mémoire, la problématique sur l’importance d’exercices de gestion de crise s’est naturellement imposée. La finalisation de son mémoire est concomitante avec la sortie de son premier guide au profit des préfectures : Mémento en dix points sur la réalisation des exercices. Didier Raciné lui a donc donné l’opportunité de mettre en pratique ses idées avec la création du module « crise et communication de crise » au sein du Mastère Spécialisé®.

« À travers ce module, j’ai voulu apprendre à tout manager des risques à savoir monter un exercice de crise. Tout comme un chercheur en laboratoire, le gestionnaire des risques doit être en mesure de tester correctement ses procédures et surtout sur des situations qui non pas été envisagées. Au cours du module, les élèves abordent les mécanismes, la méthodologie, la communication et le stress face à la crise. La gestion de crise est indissociable de chaque risque et surtout de la gestion de l’impromptu chère à Gilles Pelsy, ancien intervenant du module Cindyniques. »

Alain Chevallier a depuis réussi, avec François Faure, Pascal Germain et Patrick Tyburn, tous anciens du Mastère, à décliner sa connaissance de la gestion de crise. Fruit d’une expérience professionnelle, il en fait profiter les élèves à travers de nombreux exemples personnels.